Aller au contenu principal

Olymel et le bien-être animal :
une obligation morale et sociale

Tout au long de son histoire, Olymel a su recourir aux meilleures pratiques de son domaine. Ses pratiques reliées au traitement des animaux vivants répondent aux plus grandes exigences de bien-être animal.

En tant que grand producteur et transformateur des viandes de porc et de volaille, Olymel exige de ses employés et de ses fournisseurs que les animaux soient traités avec le plus grand respect. Qu'il s'agisse d'élevage, de transport ou d'abattage des animaux, notre entreprise répond aux critères les plus élevés de bien-être animal et s'est dotée d'une politique conséquente.

 
Un dindon, un poulet et un porc

Assurer le bien-être animal : une valeur fondamentale

Qu'il s'agisse d'élevage, de transport, de réception, de manipulation ou d'abattage, Olymel respecte scrupuleusement la réglementation des organismes de surveillance tout en s'assurant que ses pratiques soient non seulement conformes, mais dépassent même les normes en vigueur.

Au-delà des dimensions réglementaires, le traitement humanitaire des animaux représente non seulement une priorité, mais également une valeur fondamentale de l'entreprise à laquelle tous nos employés sont invités à adhérer.

+Plus sur le traitement humanitaire des animaux par Olymel

Olymel a mis en place et cela depuis plusieurs années, un programme touchant tous les aspects du bien-être et du traitement humanitaire des animaux. L'ensemble des activités de nos établissements est placé sous la juridiction de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

Des gens

Des actions concrètes : formation des employés et tolérance zéro pour les mauvais traitements

Dans le cadre de sa Politique et de son engagement corporatif sur le bien-être animal, Olymel a également développé des codes de pratiques destinés aux employés de ses abattoirs. La direction de chaque établissement a la responsabilité d'appliquer ces codes de bonnes pratiques, de sensibiliser le personnel et d'assurer la formation adéquate de tous les employés affectés à la manipulation des animaux.

Tout geste pouvant porter atteinte au bien-être des animaux vivants ou encore leur infliger des souffrances inutiles et tout comportement non respectueux envers les animaux font l'objet d'une tolérance zéro et peuvent entraîner des sanctions.

+Plus sur la politique de bien-être des animaux d'Olymel

Le personnel de nos établissements d'abattage, tant dans le secteur du porc que dans celui de la volaille, reçoit une formation de nature à lui inculquer une bonne connaissance du comportement animal et des principes essentiels à son bien-être, de manière à contrôler les sources de stress ou encore à éviter les blessures. Nos superviseurs doivent en outre s'assurer que tous les équipements sont entretenus et maintenus dans un état permettant d'éviter toute souffrance inutile, qu'il s'agisse des aires de réception, du logement ou encore lors de l'insensibilisation. Cette formation est obligatoire et renouvelée chaque année.

Olymel suit de près les débats entourant le traitement des animaux et les travaux d'experts et de scientifiques visant à rehausser le bien-être animal et collabore régulièrement avec ses partenaires du secteur de la production porcine aussi bien qu'avec ceux de la production avicole. Notre entreprise encourage l'évolution des pratiques permettant d'atteindre les plus hauts standards de bien-être animal et de répondre aux attentes élevées du public et des clients.  

CQA AQC

Programme AQC des fournisseurs de porc d'Olymel, pour le bien-être des animaux de la ferme à l'usine

Les producteurs de porcs qui approvisionnent les abattoirs d'Olymel ont mis en place le Programme d'assurance qualité canadien (AQC), un cadre qui comporte un volet important sur le bien-être animal.

Olymel s'assure que les conditions d'élevage et de transport des animaux, leur manipulation de la ferme à l'abattoir respectent les plus hauts standards du bien-être animal. Incidemment, une fois l'an, nos transporteurs font l'objet d'un audit visant à évaluer leurs pratiques.

+Plus sur le programame AQC d'Olymel

Nos agents d'approvisionnement doivent vérifier que tous les fournisseurs disposent des certifications appropriées et que leurs employés ont reçu une formation adéquate s'ils sont affectés à la manipulation des animaux.

Ce Programme est reconnu par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et répond aux exigences de cette agence gouvernementale fédérale.

Certifié La Coop

Porc certifié La Coop : des exigences strictes en matière de bien-être animal

Au cours des dernières années, Olymel s'est engagée, de concert avec son propriétaire principal, La Coop fédérée, dans le développement d'une filière porcine afin de conjuguer les efforts de toute la chaîne de production et atteindre les plus hauts standards de qualité.

Une grande partie des producteurs de volaille ont également mis en place des programmes similaires à ceux existant dans la production porcine sur leurs fermes. Parmi ces hauts standards, le bien-être animal occupe une place prépondérante dans l'application du cahier des charges extrêmement rigoureux de la filière du porc certifié La Coop.

+Plus sur les exigences d'Olymel vis-à-vis du bien-être animal

Parmi les bonnes pratiques, mentionnonsà titre d'exemple :

  • Le jeûne de l'animal : il doit survenir entre 16 et 24 heures avant l'abattage, car un porc ayant jeûné avant le chargement est plus facile à manipuler et le risque de blessures ou de mortalité est moindre;
  • Le transport  des animaux : tous les transporteurs des Porcs certifiés La Coop ont reçu une formation Transport Quality Assurance (TQA) et des inspections se font de façon régulière afin de surveiller la conformité aux exigences du cahier des charges;
  • L'interdiction du bâton électrique : l'utilisation du bâton électrique est proscrite.
Bâtiment

Nos établissements d'abattage sous haute surveillance

L'ensemble de nos établissements d'abattage doit répondre aux plus hautes exigences du bien-être animal. Olymel a recours à un personnel professionnel ainsi qu'à de multiples experts externes dans l'élaboration de ses programmes et dans la surveillance de leur application.

Pour maintenir ces standards à leurs plus hauts niveaux, nous réalisons des audits internes de façon continue, à tous les échelons de responsabilités, qu'il s'agisse des superviseurs à l'abattage, du service d'Assurance qualité de chacun des établissements ou encore, au plan corporatif.

+Plus sur la surveillance des abatoirs d'Olymel

Nos grilles d'audits « bien-être animal » s'appuient sur des mesures objectivement quantifiables. Nos pratiques en matière de bien-être sont évaluées chaque année par des tierces parties pour nos clients. Les inspecteurs et vétérinaires de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) surveillent et inspectent de façon continuelle nos pratiques relatives au traitement des animaux.

Porc

Un protocole d'abattage des porcs des plus rigoureux, sans stress ni souffrance

Dans le secteur de l'abattage des porcs, plusieurs règles strictes entourent le processus de réception des animaux. Toutes les mesures nécessaires sont mises en œuvre afin de respecter l'intégrité des animaux, d'assurer leur confort, de minimiser le stress, de prévenir les blessures et éviter toute souffrance.

+Plus sur le protocole d'abattage d'Olymel

Les rampes de déchargement doivent être ajustées pour prévenir les blessures, les planchers doivent être antidérapants, l'éclairage ne doit pas éblouir les animaux, le bruit doit être réduit au minimum et les courants d'air doivent être évités. Les animaux doivent avancer à leur rythme sans être bousculés.

Un animal blessé sera confié à l'examen d'un vétérinaire. La présence d'abreuvoir, l'arrosage en période de chaleur et un espace suffisant pour permettre aux animaux de se coucher font également partie de la panoplie des mesures visant à éviter le stress. Enfin, les porcs doivent être obligatoirement et adéquatement insensibilisés avant la saignée par l'application d'électrodes (insensibilisation électrique) selon un protocole rigoureux, de manière à éviter toute souffrance.

Poulet et dindon

Des procédures strictes pour l'abattage des volailles : manipulation délicate et insensibilisation

Depuis plusieurs années, Olymel a élaboré un programme de formation et d'audit destiné aux équipes de travailleurs chargées d'attraper et de mettre en cage les volailles pour leur transport à l'établissement d'abattage.

À leur arrivée à l'abattoir, la manipulation des oiseaux nécessite des dispositions particulières. Les volailles doivent être traitées avec le plus de précautions possible afin d'éviter stress, blessures et souffrance.

+Plus sur procédures d'abattage de volailles d'Olymel

Les oiseaux ne doivent pas être soulevés par la tête, le cou ou les ailes. La présence de ventilateurs en nombre suffisant, l'utilisation de brumisateurs en période de chaleur, un éclairage tamisé et un abri offrant une capacité adéquate figurent parmi les conditions requises pour la réception des volailles dans nos établissements d'abattage. Le temps d'attente doit être le plus court possible.

Les volailles sont insensibilisées avant la saignée (mécanique) par l'application d'un courant électrique sur la tête alors qu'elles se trouvent dans un bassin d'eau saline. Cette méthode entraîne une perte de conscience immédiate et sans souffrance inutile.

Personne qui lit

Olymel fait appel à l'expertise de la sommité mondiale, Dre Temple Grandin

Dre Temple GrandinOlymel développe ses programmes de bien-être animal en se basant, entre autres, sur l'expertise mondialement reconnue de la Dre Temple Grandin, une spécialiste de renommée internationaleen traitement humain des animaux. Olymel suit avec le plus grand intérêt les travaux et les réalisations de Temple Grandin et a recours à ses conseils.

+Plus sur l'expertise recherché par Olymel

Professeure à l'université du Colorado, docteur en sciences animales, Temple Grandin est une spécialiste de la condition animale et une experte de renommée internationale dans la conception d'équipements destinés aux animaux d'élevage. Olymel accorde une grande confiance aux observations et à l'expertise de Temple Grandin.

Dre Temple Grandin et l
Crédit : Maxime Charron

De gauche à droite : Éric Bienvenue, vice-président Opérations, Porc, Olymel, Marie-Josée Turgeon, coordonnatrice Porc certifié La Coop, La Coop fédérée, Maico Rodrigue, directeur de l'usine d'Olymel à Vallée-Jonction ; Dre Temple Grandin,  Alexandre Dionne coordonnateur, Amélioration de la qualité et du procédé, usine d'Olymel à Vallée-Jonction, Josée Niquette, coordonnatrice, Porc certifié Coop, La Coop fédérée, Michel Poirier, directeur, Production, usine d'Olymel à Vallée-Jonction, Étienne Hardy, premier directeur, Production porcine, secteur des productions animales, La Coop fédérée.

Molécule

Insensibilisation des dindons au CO2 : une première au Canada

Au printemps 2011, Olymel et son partenaire Exceldor ont réalisé une première au Canada en modernisant le système d'abattage des dindons à l'usine Unidindon de St-Jean-Baptiste-de-Rouville, en Montérégie.

Le déchargement des remorques est entièrement automatisé, évitant les manipulations stressantes pour les oiseaux et les blessures. Les cages contenant les dindons sont par la suite convoyées automatiquement dans un tunnel dans lequel ils sont anesthésiés au COsans subir aucun stress ou souffrance inutile, répondant ainsi aux plus hauts standards de bien-être animal.

+Plus sur l'usine Unidindon

L'usine Unidindon, copropriété d'Olymels.e.c. (68%) et d'Exceldor (32%) a complètement transformé son système d'abattage en installant des équipements de pointe permettant l'insensibilisation des dindons au CO2, une méthode approuvée par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et pratiquée également en Europe et aux États-Unis.

Cette transformation répondait à une problématique particulière au secteur du dindon, les oiseaux étant de beaucoup plus grande taille que les poulets et pouvant même atteindre un poids de 18 kilos. Ce nouveau processus a nécessité l'adaptation des remorques de transport désormais configurées pour recevoir de plus grandes cages.

Olymel est donc toujours à l'affût des résultats des recherches qui débouchent sur de nouvelles technologies adaptées à son secteur d'activité et qui permettent de rehausser encore les critères relatifs au traitement le plus humanitaire possible des animaux.

truie et porcelets

Position d'Olymel sur l'abandon des cages de gestation des truies

Les efforts continus d'Olymel pour le traitement le plus humanitaire possible des animaux s'incarnent également dans sa position face à la pratique des cages de gestation des truies.

+Plus sur la position d'Olymel vis-à-vis le confinement des truies gestantes

Au Canada, c'est le Conseil national pour les soins aux animaux d'élevage qui coordonne l'évaluation des codes de pratique en matière de bien-être animal en collaboration  avec les experts, les groupes et les entreprises actives dans ce domaine. Le Code, élaboré en 1993, fait actuellement l'objet d'une révision et Olymel suit de près cette démarche et collabore au processus de consultation.

Le confinement des truies gestantes dans le cycle de production porcine a fait l'objet de nombreux débats et plusieurs pays ont déjà édicté des règles visant l'abolition de cette pratique et son remplacement par l'élevage en stabulation libre, notamment, les pays de l'Union européenne. Ces dernières années, de nombreux clients canadiens et étrangers ont annoncé leur intention, à plus ou moins long terme, d'obtenir des produits de porc qui proviendront de porcelets nés en stabulation libre.

Olymel estime que l'abolition des cages de gestation est inévitable et que le secteur de la production porcine canadienne n'aura d'autres choix que de répondre positivement à cette demande. Notre entreprise croit toutefois que les producteurs canadiens ont besoin d'une période de transition et d'adaptation pour mettre en œuvre l'élevage en stabulation libre.  À la fin de l'année 2012, Olymel a évalué qu'une telle période de transition devrait s'étendre sur une dizaine d'années et qu'en 2022, 100% des porcs abattus dans ses établissements au Canada proviendront de fermes d'élevage en stabulation libre.

Toutefois, considérant l'ampleur des changements nécessaires et afin de ne pas compromettre la rentabilité et même la viabilité de leurs entreprises, Olymel juge que les producteurs de porc auront non seulement besoin de temps, mais aussi de soutien financier afin de mener à bien la conversion de leurs installations à la stabulation libre. Devant ce défi, Olymel ne ménagera aucun effort pour les appuyer et invite tous les partenaires de l'industrie et les gouvernements à faire de même.